Sélectionner une page

Blogue

Au-delà des mystères de l’étrangeté.

par André Jacob

Travailleur social et sociologue, professeur retraité de l'École de travail social de l'Université du Québec à Montréal. Tout au long de ma carrière universitaire, j'ai mené une carrière artistique, tout particulièrement en arts visuels.

16 juin 2021

En marge de l’introduction du Survenant de Germaine Guèvremont.

Il survient à la table et s’invite à faire partie de nouveaux jours inconnus. Un grand dieu des routes croise notre vie comme la fleur dont on ne connaît pas le nom et que l’on cueillie sur le bord d’un fossé… sans réfléchir, sans poser de questions. La rencontre devient signifiante.

Il ne nous reste qu’à apprivoiser l’étrangeté et à chercher le mystère de sa beauté. Félix Leclerc entonnerait : c’était un p’tit bonheur que j’avais ramassé, il était tout en pleurs sur le bord d’un fossé…  

Nul ne sait d’où il vient ce p’tit bonheur, mais nous l’attendons toujours de loin, le regard fixé sur un horizon mystérieux. Peut-être naît-il d’une graine transportée par le vent ou d’une goutte d’eau qui lui a donné vie, peu importe, nul ne le sait. Il entre sans rien demander et se fait un chez-soi, sans rien démontrer, c’est tout. Il dit présent et ça compte.

Il suffit d’ouvrir sa porte et son cœur et de tendre les voiles pour l’odyssée de la découverte de l’Autre et de soi dans le regard de l’Autre et l’étrangeté disparaît, fondue dans le nous du devenir.

Il devient nôtre dans le partage de son temps avec celui ou celle qui veut bien l’accueillir.  

Il enrichit la vie au quotidien avec ses récits de voyages, ses histoires, ses peurs, ses amours et les découvertes de ses espoirs.

Il change le quotidien sans rien demander en retour de l’accueil dit sans mots.

Il n’importe guère de savoir s’il restera ou partira, mais simplement d’accepter qu’il soit là, présent sur la berge des rêves passés, présents et à venir.

Accueillir implique de laisser entrer un p’tit bonheur dans notre temps et notre espace comme on ouvre une page blanche sur laquelle écrire l’amitié, l’amour et l’espoir.

Une fois le cœur ouvert, de leur baluchon, comme de l’urne d’Aladin, les gens venus de loin révèlent souvent des trésors secrets capables de réinventer le monde.

Vous pourriez aussi aimer…

HIROSHIMA 2.O

Dans les lueurs du passéDes poètes rêveursD’amour et de paixMouraient emprisonnésPour crime de vérité Ce jour-làLe 6 août 1945Ombre funesteUne bombeA … H …...

lire plus

Abonnez-vous pour ne rien manquer !

0 commentaires