Sélectionner une page

Blogue

L’OSM annule les concerts du jeune pianiste russe Alexander Malofeev.

par André Jacob

Travailleur social et sociologue, professeur retraité de l'École de travail social de l'Université du Québec à Montréal. Tout au long de ma carrière universitaire, j'ai mené une carrière artistique, tout particulièrement en arts visuels.

9 mars 2022

Ce texte a été publié dans Le Devoir du 10 mars 2022.

Tel est le titre d’un article du journal Le Devoir du 9 mars[1]. Aujourd’hui donc, je n’ai pas le cœur à la poésie, mais plutôt au désenchantement devant la confusion sur l’esprit de la guerre qui, en quelques jours, s’est imposée sans nuances, à la vitesse de l’invasion, partout dans les esprits, les cœurs… et les institutions, dont l’OSM. La culture de la paix n’est pas une utopie, mais un développement de la pensée à cultiver.

Le jugement et l’explication sibylline de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) surprennent et déçoivent: « « L’OSM estime qu’il serait inapproprié d’accueillir M. Malofeev cette semaine. Nous continuons toutefois de croire qu’il est important de maintenir nos relations avec des artistes, quelle que soit leur nationalité, qui portent des messages de paix et d’espoir… » Alors?  Dommage que l’OSM se soit enferré dans la logique de la culture du bannissement systématique sans nuances lorsqu’il s’agit d’un.e artiste d’origine russe alors que ce jeune virtuose déclare sa bonne foi publiquement par ses déclarations : « Honnêtement, la seule chose que je peux faire en ce moment est de prier et de pleurer. Il semblerait qu’il y ait des conclusions évidentes : aucun problème ne peut se régler dans la guerre, les gens ne peuvent pas être jugés par leur nationalité. » (…) « Je me sens très mal à l’aise à ce sujet et je crois aussi que cela peut affecter ma famille en Russie. Je crois toujours que la culture russe, la musique en particulier, ne devrait pas être ternie par une telle tragédie, même s’il est impossible de rester à côté en ce moment. » Il ajoute : « tout ce que je sais, c’est que répandre la haine ne va pas améliorer la situation, mais seulement causer encore plus de souffrance ». Sa courageuse déclaration pacifique ne semble pas compter pour les dirigeants de l’OSM.

Par son propos, le jeune pianiste Alexander Malofeev traduit sa foi en la paix et exprime sa désespérance, ce que les dirigeant.e.s de l’OSM ne semblent pas comprendre. On fait preuve d’inconsistance. Si l’entreprise croit vraiment ce qu’elle affirme en déclarant supporter les messages de paix et d’espoir, elle donnerait la chance à Alexander Malofeev d’exprimer la paix par son art. Au lieu de jeter l’anathème sur un artiste qui dénonce cette guerre, et considérant les difficultés des artistes russes à exprimer leur opposition dans leur pays, un organisme respectable comme l’OSM devrait accorder son soutien à cet artiste. Si certain.e.s artistes russes soutiennent le gouvernement de Poutine, qu’ils.elles assument leur position, mais ceux et celles qui s’opposent à cette guerre soit respecté.e.s et qu’on les laisse contribuer à leur effort de paix. C’est aussi significatif et névralgique dans la promotion de la paix de dénoncer l’agression russe et de soutenir la population ukrainienne, ainsi que tous ceux et toutes celles qui, comme Alexander Malofeev partout dans le monde, et en premier lieu en Russie, manifestent contre la nomenklatura russe. Ce serait faire œuvre utile pour la promotion de la paix que de cesser de nourrir les stéréotypes discriminatoires généralisés contre les artistes russes qui font acte de foi pour la paix.

L’OSM pourrait contribuer à bâtir une culture de la paix au lieu de se plier bêtement aux diktats antirusses de la propagande ambiante…

L’article de Christophe Huss paru dans Le Devoir du 12 mars illustre bien l’importance de présenter une analyse nuancée.


[1] https://www.ledevoir.com/culture/musique/683463/l-osm-annule-les-concerts-du-jeune-pianiste-russe-alexander-malofeev

Vous pourriez aussi aimer…

HIROSHIMA 2.O

Dans les lueurs du passéDes poètes rêveursD’amour et de paixMouraient emprisonnésPour crime de vérité Ce jour-làLe 6 août 1945Ombre funesteUne bombeA … H …...

lire plus
poèmes pour la paix

poèmes pour la paix

17 mai 2022 Pour la paix… la dissuasion est un non-sens La dissuasion, « c’est l’application méthodique du cercle vicieux : pour éviter d’être...

lire plus

Abonnez-vous pour ne rien manquer !

1 Commentaire

  1. André Jacob

    Claude Morin
    Excellent commentaire. Comment l’OSM a-t-elle pu succomber sans distanciation critique à la propagande ambiante qui fait du public québécois (et canadien) des adeptes du bannissement (les sanctions à tout crin) et de la fourniture d’armes offensives ?
    Répondre3 j
    Louise Leduc
    Tellement d’accord. J’ai été vraiment choquée par cette nouvelle.
    Répondre3 j
    Hélène Gaonac’h
    Un autre exemple absurde de la culture du bannissement qui règne depuis déjà quelques années maintenant. S’applique à tout de manière aveugle. Quand enlèvera-t-on les livres russes des bibliothèques? Jusqu’où iront ces réactions d’intolérance et de dén… Afficher la suite
    Répondre3 j
    José Del Pozo Artigas
    Hélène Gaonac’h il y a déjà eu le cas d’un cours de littérature russe annule, je ne me souviens pas dans quelle universite
    Répondre3 j
    Claude Morin
    José Del Pozo Artigas L’écrivain italien Paolo Nori avait dénoncé le 1er mars 2022 l’annulation par l’université de Milan-Bicocca de son cours sur Dostoievski. En ayant informé sur son compte Twitter, cela a fait grand bruit et a obligé l’université à … Afficher la suite
    Répondre3 j
    José Del Pozo Artigas
    D’accord avec tes propos, André. Va- t-on bannir les jouets et joueuses de tennis russes des tournois?
    Répondre3 j
    Miguel Retamal

    Répondre3 j
    Julie Trudelle
    Soyons nous-mêmes accueillants pour l’erreur de l’OSM qui en est une à l’échelle de l’humain…et de son analyse bien terre à terre des événements à travers le filtre sympathie/antipathie. C’est peu simple de voir avec plus de distance parfois.
    Répondre3 j
    Diane Dupuis
    Merci André pour ce texte. Comme tu le dis si bien, la nuance ne semble plus exister dans ce monde où les tribunaux populaires se dressent. On juge et on condamne sans jugement. pour faire comme tout le monde! La haine semble nourrir les gens alors … Afficher la suite
    Répondre3 j
    André Jacob
    Cet article a provoqué un tsunami de commentaires sur la page FB du journal Le Devoir. https://www.facebook.com/search/top/?q=le%20devoir%20facebook
    Répondre1 j
    Ysabelle Filiatrault
    Les amalgames sont l’antithèse du discernement. Et malheureusement dans cette époque de fast food on oublie les ingrédients pour ne penser qu’au combo.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.